Bientôt un festival pour la paix à Conakry

Conakry abritera un Festival international pour la Paix, du 2 au 8 novembre prochain.

Le festival international pour la paix vise à contribuer à l'instauration de la paix et de la quiétude sociale en Guinée, à travers la musique et des créations artistiques.

festival paix 49979Tidiane Soumah - afriqueactualite.com

Tidiane Soumah, directeur général de la structure organisatrice, indique que ce rendez-vous culturel entend allier, la musique et les danses traditionnelles et contemporaines, dans une dynamique de valorisation de la culture guinéenne.

L'idée d'organiser un FIPA à Conakry, est venue depuis que M. Soumah a décidé de rentrer en Guinée, après un long séjour à Montréal au Canada.

''Nous avons commencé à faire la promotion de la paix en 2011 par le concept ''Bouger dans la Paix'', se souvient-t-il. Un événement qui avait enregistré la participation du groupe Magic System, Gohou Michel et Adama Dahico, de la côte d'ivoire, Koumba Gawlo Seck, du Sénégal, et plus de 2.000 spectateurs vêtus en rouge, jaune et vert (l'emblème de la Guinée).

La seconde activité a été le concept ''Vivre dans la paix'' en 2012, avec Alpha Blondy, Capleton, Youssou N'Dour, Soprano et plusieurs autres vedettes. Ce, pour promouvoir la paix et la quiétude sociale en Guinée.

Après avoir capitalisé l'expérience acquise au Canada, Tidiane Soumah a décidé de transformer ces concepts en un festival international, dénommé FIPA.

''Au regard du passé glorieux de ce pays sur le plan culturel, il fallait que la Guinée aussi ait son festival international dans ce domaine. Car, la Côte d'Ivoire s'est faite un nom avec le Masa, le Burkina Faso avec le Fespaco, etc'', explique le promoteur.

En cela, Tidiane World Music compte inciter les jeunes à s'intéresser à la danse traditionnelle qui recèle de grandes potentialités culturelles. ''Vous savez, maintenant il y a plusieurs festivals en Guinée. C'est pourquoi, sur le terrain, il faut créer une différence dans ce domaine''.

95% du festival va se focaliser sur la danse traditionnelle vers laquelle ''il faut encourager les jeunes à aimer'', insiste M. Soumah.

Hormis les danses traditionnelles comme le ''Yankadi, le Makourou, la danse des ballets (traditionnelles)...'', le festival a instauré la danse contemporaine, comme le hip-hop. ''Vous ne pouvez pas demander à un enfant qui est né à l'heure de Facebook de se comporter comme s'il était né en 1958.''

La première édition du FIPA à Conakry, prévoit, un méga-concert de dancehall et de reggae avec un artiste jamaïcain et un artiste guinéen ''Lyricson'' vivant en France, des séances de formation en danse traditionnelle, des compétitions en danses traditionnelle moderne, avec 50 groupes de danse.

Pour le clou final, le groupe de danse de hip-hop du Nigéria, P-Square, va se produire en méga-concert sur scène, en compagnie des dix groupes gagnants issus des cinq communes de Conakry.

Pour rappel, la maison de production Tidiane World Music existe depuis 1993. Elle menait des activités culturelles depuis mars 1987, avec le label Unipros. Depuis son retour en Guinée, Tidiane Soumah confie que les passages des groupes Magic System jusqu'à Kassav, 8 grands événements ont été organisés avec un coût de plus de 2 millions de dollars US.