Congo: la musique des Mbosi

Attaché aux valeurs ancestrales, Daniel Isaac Itoua apparait comme l’un des grands défenseurs du peuple Mbosi. Son livre met en valeur sa musique et ses instruments.

Sept ans après une exposition organisée l'Institut Français du Congo (ex CCF), Daniel Isaac Itoua publie un ouvrage de 170 pages intitulé : "Instruments de musique traditionnelle des Mbosi du Congo". Paru aux éditions L'Harmattan dans la collection « Etudes africaines », il met un accent particulier les différents instruments de musique et leurs vibrations dans le temps et l'espace. L'ouvrage est préfacé par Emmanuel Okamba.

instruments 6a869afriqueactualite.com


Dans une approche purement anthropologique, l'auteur essaie, primo, de peindre la position géographique et le cadre historique des Mbosi, de même que leurs dimensions philosophiques. Secundo, il présente les familles d'instruments de musique traditionnelle dans toute leur diversité.

Le groupe Mbosis est l'un des trois grands groupes tribaux qui composent le Congo. L'on retrouve au sein de ce groupe ethnique des Akwa, des Mboo, des Koyo, des Kwala, des Bokivha, des Ngare, des Bongà, des Bwènyi et des Likuba. Il est issu du pays des Mongo de la région de l'Equateur en République Démocratique du Congo.

Installés de part et d'autre de la rivière Alima, ajoute l'auteur, leur musique met en œuvre les qualités de la matière première pour promouvoir les valeurs éthiques et morales que tout musicien et danseur doivent porter.

Féru de l'art traditionnel Mbosi, Daniel Isaac Itoua, distingue plusieurs catégories d'instruments : les instruments à cordes, les instruments à vent, les instruments à racles et les instruments à percussion.

Ces instruments, précise-t-il, ont de multiples applications dans la vie courante. En effet, sous forme de « Lengongo », c'est un fétiche qui permet au musicien devin « nganga » d'entrer en communion avec les mânes des ancêtres.

Pour lier la théorie à la pratique, l'auteur utilise quelques illustrations : il cite le « ngombi », un des instruments à cordes frottées. Le son produit par cet instrument permet, selon lui, de soigner les malades souffrant de l'aérogastrie. Par ailleurs, « ébombo » faisant partie des instruments à racle et percussion est utilisé dans le portage des hottes par les femmes.

Le livre de Daniel Isaac Itoua apparait comme un « mbongui » qui permet de comprendre l'éthique développée par les sociétés bantoues dans l'épanouissement et le perfectionnement moral et spirituel de l'Homme.

« Instruments de musique traditionnelle des Mbosis du Congo » est le premier ouvrage de l'auteur qui dirige le cahier d'Anthropologie et d'Histoire des Mbosi. Ce livre est une véritable contribution à la revalorisation de pratiques traditionnelles en voie de disparition dans la plupart des pays africains.