Brazzaville accueille la 6e réunion des directeurs généraux de l’OACI

La 6e réunion des directeurs généraux de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale de la région Afrique-Océan Indien se tient du 2 au 4 novembre à Brazzaville.

Cette réunion qui vise la redynamisation du transport aérien dans la région Afrique Océan Indien, se tient conformément aux conclusions de la dernière réunion des directeur généraux de l'aviation civile de l'Afrique de l'Est et Australe (ESAF) ; tenue en 2013 à Dakar au Sénégal.

cg aeroport maya maya e885cAréoport Maya-Maya à Brazzaville - Wikimapia

Placée sous le patronage du premier ministre congolais, Clément Mouamba, la rencontre permet de débattre sur les questions relatives à la sécurité et la sureté en matière d'aviation civile, et celles liées au processus de développement du secteur au Congo ; de définir les nouvelles stratégies pour garantir la sûreté et la sécurité aux usagers et services des transports aériens dans la région Afrique Océan Indien ; de passer en revue les progrès réalisés par les Etats membres dans l'application des objectifs cibles de sécurité adoptés à Abuja (Nigeria).

Selon la secrétaire générale de l'OACI, Liu Fung, la rencontre consiste à examiner les questions relatives à la politique et à la mise en œuvre des objectifs stratégiques de l'OACI. Elle est également une occasion pour son organisation de voir comment aider le Congo à améliorer le développement du secteur de l'aviation civile, notamment en matière de formation des ressources humaines et de renforcement des capacités des professionnels.

« La réunion analysera les résultats des récents évènements aéronautiques mondiaux et régionaux et élaborera les stratégies appropriés pour la région ainsi que les orientations nécessaires en vue d'une mise en œuvre coordonnée des normes et pratiques recommandées, » a-t-elle précisé.

Environ 200 experts constitués des délégués des Etats membres de l'OACI, des partenaires du domaine de l'aviation civile, des organisations prennent part à la rencontre.

Sécurité aérienne en Afrique

La région Afrique-Océan Indien est la zone où le manque de personnel qualifié dans tous les domaines de l'aviation civile est le plus important. Ce qui convient de mettre l'accent sur la nécessité pour l'Afrique de se doter des ressources humaines de qualité en mettant l'accent sur la formation.

Il faut noter que l'Afrique ne compte que quelques centres de formation comme l'EAMAC qui sont membres du programme trainer de l'OACI.

Congo et OACI

Le premier ministre congolais pour sa part a fait savoir que le conclave directeurs généraux est l'occasion de réaffirmé l'engagement des Etats africains et de redéfinir les orientations pour le renforcement de la capacité des systèmes d'aviation civile des Etats concernés.

« Il s'agit également de voir comment assurer une sécurité optimale aux prestataires des services et aux usagers des transports aérien... et comment garantir une navigation aérienne sûre, particulièrement dans les zones menacées par des activités terroristes », a-t-il déclaré.

Liu Fung a signifié que l'OACI souhaite soutenir le Congo à améliorer sa situation économique à travers l'aviation civile qui favorise le développement du secteur touristique et commercial, la création d'emplois, l'amélioration des conditions de vie de citoyens et bien d'autres.

Prenant la parole, le ministre congolais des transports, de l'aviation civile et de la marine marchandes, Gilbert Mokoki a révoqué le maintien de son pays sur la liste noire de l'Union Européenne. Il a en outre rappelé qu'en 2009 l'OACI plaçait la République du Congo sur son site sécurisé avant de le retirer en 2013 à la suite des efforts du gouvernement congolais pour l'amélioration des normes de certification.

La réunion devra déboucher sur l'élaboration des stratégies capables de renforcer l'efficacité et la sûreté du transport aérien en Afrique, à travers la mise en œuvre effective des normes et pratiques recommandées au niveau international.