Cameroun : le mémorandum des télévisions africaines

Les membres de l’Union africaine de radiodiffusion se sont réunis pour parler des droits de retransmission sportive. Un sujet qui fâche à l’approche de la coupe du monde de football.

L'union africaine de radiodiffusion veut un nouveau délai pour le passage intégral à la diffusion numérique. C'est l'une des principales résolutions de la 7e assemblée générale qui s'est tenue à Yaoundé pendant deux jours. Il était important pour les dirigeants des télévisions africaines de se mettre d'accord sur la manière dont ils vont gérer l'impréparation du passage au numérique.

 

DG CRTV 416a0Amadou Valmoulké, dg de la CRTV

 

La deadline de juin 2015 semble intenable. Aussi la collaboration entre les différentes télévisions a été abordée. Les membres admettent que cette collaboration n'est pas évidente. Les échanges de programmes et de compétences entre médias du continent sont presque inexistants.


Ce ne sont pas là leurs seules préoccupations. Tous les membres de l'Union africaine de radiodiffusion (UAR) rencontrés au palais des Congrès de Yaoundé et à l'esplanade de la Cameroon Radio Television, déplorent le coût élevé des droits télé de la Coupe d'Afrique des Nations. « Quand vous venez acheter, les droits de retransmission, ils disent qu'ils n'y a pas de négociation. On peut avoir les droits de la coupe du monde à la FIFA, entre 250 et 300 millions de FCFA. La CAF, quant à elle, ne vend jamais ses droits à moins d'un milliard », explique dans les colonnes de Cameroon Tribune, Amadou Valmoulké, directeur général de la télévision publique camerounaise, CRTV.

Les travaux de Yaoundé ont pris fin avec l'adoption d'un mémorandum adressé à la conférence des chefs d'État de l'Union Africaine qui se déroule à Addis-Abeba. La trentaine de patrons des médias audiovisuels africains sollicite la médiation des politiques. Il est question de saisir l'Union Africaine afin qu'elle intervienne auprès de la Confédération africaine de football et de la FIFA.