Les entreprises africaines méconnues des médias économiques du monde

Les entreprises africaines sont peu connues des médias internationaux et communiquent peu, selon une étude de l’agence Rumeur Publique.

Intitulée '' Entreprises Africaines : terra incognita pour les journalistes de la presse économique mondiale '', l'étude menée par l'agence Rumeur Publique, basée à Paris, de mai à juin derniers prend le pouls de la notoriété des entreprises africaines auprès des journalistes économiques du monde entier. Ce, pour comprendre pourquoi les grandes entreprises africaines ne sont pas sous les projecteurs de la presse internationale.

afrique investissement 9bcfb


Les résultats de l'étude démontrent effectivement que l'excellence de certaines entreprises africaines n'est pas visible dans la presse économique internationale.

39 journalistes de la presse économique de 35 pays différents sur les 5 continents ont été sondés sur l'image, la notoriété et l'influence des plus grandes entreprises d'Afrique.

En ce qui concerne les activités et le rayonnement de ces entreprises, 60 % des journalistes interrogés pensent qu'elles n'ont qu'une influence régionale. 35 % estiment qu'elle est panafricaine, et seulement 5 % penchent pour un rayonnement à l'échelle.

« Sur les moyens de communication utilisés par les entreprises africaines, 55 % des journalistes répondent par la publicité, 21% par des recherches personnelles, 9 % par le sponsoring événementiel, 8 % par la réception de communiqués et enfin 7 % par divers outils », peut-on lire dans le communiqué de presse. Des résultats qui s'expliquent par les investissements publicitaires importants des sociétés dans le domaine des télécoms, de la banque, du transport aérien et des hydrocarbures qui restent les premiers investisseurs du marché publicitaire du vieux continent.

Pour preuve, aucun journaliste sondé n'a été capable de donner le positionnement d'une des sociétés du TOP 15 des plus grandes sociétés du continent.

Sur leur implication dans le développement économique et sociétal de l'Afrique, l'enquête rapporte que 54 % des journalistes estiment qu'elles sont peu impliquées, 31 % pensent qu'elles sont moyennement impliquées et 15 % pensent au contraire qu'elles sont très impliquées dans le développement du continent.

Invisibilité

De par son titre, ''terra incognita'' qui signifie en latin ''terre inconnue'', ce sondage interpelle sur le fait que les grandes multinationales africaines sont mal loties dans les documentaires et les sujets de la grande majorité des médias économiques au niveau mondial. Tout le monde parle de ce deuxième continent le plus peuplé, mais, on remarque que les multinationales et les grands patrons africains ne sont pas dans cette dynamique. On les entend peu ou pas et on ne connaît pas grand chose sur leurs activités en Afrique et dans le reste du monde.

« Les résultats de cette étude démontrent que les entreprises africaines souffrent d'un très fort déficit d'image et de notoriété, » souligne Benjamin Mampuya, responsable du pôle Afrique au sein du groupe Rumeur publique.

« Au-delà de leurs annonces métier, elles ont beaucoup à faire valoir, et gagneraient à promouvoir à grande échelle leurs actions et initiatives touchant non seulement l'ensemble de l'Afrique, mais aussi pour beaucoup, au delà des frontières du continent. Il y a énormément de belles histoires à raconter sur les entreprises africaines, des histoires qui ne peuvent qu'être positives pour l'ensemble du continent et ses diasporas à travers le monde », rapporte-t-il .

En tout cas, les résultats de cette enquête démontrent que les entreprises africaines doivent d'avantage communiquer sur leurs actions. Et les grands patrons être beaucoup plus visibles pour inspirer, peut-être, une jeunesse africaine en pleine effervescence.