CMA CGM opte pour l’Afrique

Le Groupe CMA CGM poursuit son développement en Afrique. Il vient de lancer une nouvelle ligne de transport maritime entre le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal.

Le leader mondial du transport maritime, le Groupe CMA CGM (Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime) ne cesse de miser sur les marchés émergeants, en l'occurrence le continent africain. Très présent en Afrique subsaharienne, le 3e armateur mondial de transport maritime en conteneurs vient d'ouvrir une ligne de transport maritime entre le Maroc et des pays de l'Afrique de l'ouest dans le but de développer les échanges commerciaux et économiques entre les pays de la région.

maroc transport maritime a4f6b

Cette ligne maritime qui va lier les villes marocaines de Tanger et de Casablanca à la Mauritanie et au Sénégal, sera d'une grande importance pour les hommes d'affaires, les investisseurs et les exportateurs du Maroc et des pays de la région de l'Afrique de l'ouest.

Tanger : un hub de liaison

Jacques Saadè, directeur général du groupe CMA CGM, a souligné que le port de Tanger est le plus grand port en Afrique du nord. Il est considéré comme un hub de liaison entre les différentes lignes maritimes mondiales, d'ailleurs cette ligne qui va partir du port de Tanger va donner aux plus grands exportateurs de la région de l'Afrique de l'ouest une liaison rapide et très rentable en termes de temps.

Il a indiqué que les cargos de la société avaient réalisé durant l'année 2014 un total de 1.220 opérations dans les trois plus grands ports du Maroc (Tanger, Casablanca et Agadir), tout en ajoutant que le nombre de conteneurs transportés dans les ports de ce pays nord africain durant l'année en cours sera de 540.000 unités, contre 70.000 unités en 2008. Pour ce qui est de l'Afrique subsaharienne, cette dernière représente 10% de l'activité de CMA CGM, avec des perspectives très intéressantes.

CMA CGM y propose 25 services maritimes directs, desservant 48 ports. Le groupe est aujourd'hui leader à l'import en Angola, au Gabon, en République Démocratique du Congo et au Sénégal. Et à l'export en Angola, au Congo, au Gabon, au Ghana et au Sénégal. Ce, malgré des problèmes sécuritaires, liés à la piraterie au large de la Somalie et dans le golfe de Guinée, et les activités terroristes autour du Sahel.