Le Congrès américain approuve le projet de loi visant à mettre fin au "shutdown"

Le Congrès américain a approuvé lundi 22 janvier 2018 un projet de loi sur les dépenses provisoires pour mettre fin à une fermeture du gouvernement qui a duré trois jours. Le projet de loi doit désormais être signé par le président Donald Trump. La Chambre des représentants a voté par 266 voix pour et 150 contre la mesure visant à rouvrir le gouvernement fédéral et à prolonger le financement jusqu'au 8 février, quelques heures après le feu vert du Sénat.

Des diplomates américains attendus en Europe pour discuter de l'accord nucléaire iranien

Les Etats-Unis enverront des diplomates en Europe pour discuter de l'accord sur le programme nucléaire iranien avec leurs homologues européens, a annoncé lundi le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson. "Nous avons une équipe qui voyage, présentement. Elle se rend en Europe et y rencontrera des homologues", a-t-il dit à des journalistes en route vers la France, selon un communiqué publié par le département d'Etat américain.
 
L'annonce de M. Tillerson intervient plus d'une semaine après que le président américain Donald Trump a menacé de retirer les Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien à moins que le Congrès américain et les alliés européens n'en corrigent "les lacunes désastreuses". De hauts diplomates européens avaient réaffirmé leur engagement envers cet accord avant la décision de M. Trump.
 
Ce dernier n'a cessé de critiquer cet accord signé en juillet 2015 à Vienne entre le G 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne) et l'Iran, dans lequel l'Occident a promis de alléger ses sanctions contre Téhéran en échange d'un arrêt par Téhéran du développement de l'arme nucléaire. Outre cette mission auprès de la diplomatie européenne, l'administration Trump travaille également avec le Congrès américain sur un texte de loi qui permettrait d'empêcher définitivement l'Iran d'acquérir l'arme nucléaire et de soumettre son programme balistique à de sévères sanctions.

Emirates signe un accord pour l’acquisition de 36 A380

Emirates, la compagnie aérienne basée à Dubaï, a signé un protocole d'accord portant sur l'acquisition de 36 A380 supplémentaires. L'accord a été signé ce matin par S.A. Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Chairman et Chief Executive d'Emirates Airline and Group, et John Leahy, Chief Operating Officer Customers d'Airbus Commercial Aircraft, au siège de la compagnie aérienne à Dubaï. L'accord porte sur une commande ferme de 20 A380 et une option pour 16 appareils supplémentaires, d'une valeur de 16 milliards de dollars (13 milliards d'euros) au prix catalogue. Les livraisons sont prévues à partir de 2020. Cheikh Ahmed a déclaré : « Nous n'avons jamais caché que l'A380 est un véritable succès pour Emirates. Nos clients l'adorent et nous avons été en mesure de le déployer pour différentes missions à travers notre réseau, ce qui nous a donné davantage de flexibilité en termes d'autonomie et de mix passagers. »

L'Inde condamne fermement l'attaque terroriste de Kaboul

L'Inde a fermement condamné dimanche l'attentat terroriste perpétré contre un hôtel à Kaboul, capitale afgane, qui a fait de nombreuses victimes. "Nous exprimons nos sincères condoléances aux familles des personnes tuées dans cette attaque odieuse et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. L'attaque, menée par des terroristes du réseau Haqqani, affilié aux talibans, a fait ressortir une fois de plus la nécessité de traiter efficacement les paradis et les refuges sûrs dont se servent les terroristes dans "notre voisinage commun", indique le communiqué. "Nous saluons le professionnalisme et le courage des Forces nationales de défense et de sécurité afghanes pour sauver la vie de centaines de civils dans cette attaque horrible. L'Inde est solidaire avec le gouvernement et le peuple afghans dans les efforts de traduire en justice les auteurs de ces attaques terroristes et leurs partisans", poursuit le document.

Fatah appelle à une grève générale pour rejeter la décision de Trump au sujet de Jérusalem

Le Mouvement Fatah a appelé à une grève générale en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza en signe de rejet à la décision du président américain Donald Trump au sujet du transfert de l'ambassade de son pays en Israël de Tel Aviv à Jérusalem occupée. Mounir al-Jaghoub, chargé des médias au sein du Fatah, a déclaré que son mouvement appelle à une grève générale, mardi prochain, pour rejeter la décision de Trump au sujet de Jérusalem. 

Dans une interview téléphonique, il a affirmé que le peuple palestinien et ses dirigeants continueront "à faire monter la résistance populaire sous toutes ses formes face à l'occupation et l'Administration des États-Unis et ce en application des décisions du Conseil central de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP)". "Il y a une coordination avec les factions palestiniennes pour mettre en œuvre un programme unifié de lutte contre l'occupation", a-t-il ajouté. Il a souligné que les ministères de l'Education et de la Santé ne sont pas concernés par cet appel à la grève. 

Le Conseil central de l'OLP a souligné lundi dernier "le droit du peuple palestinien à exercer toutes les formes de lutte contre l'occupation conformément aux dispositions du droit international, à mettre en œuvre la résistance populaire pacifique et à renforcer leurs capacités"

Afghanistan : l'attaque des talibans contre un hôtel à Kaboul fait 18 morts, dont 14 étrangers

Au moins 18 personnes ont été tuées, dont 14 ressortissants étrangers, lors d'une attaque survenue samedi contre l'hôtel Intercontinental à Kaboul, la capitale afghane, a déclaré dimanche un porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur. Les cinq assaillants ont été tous tués lors d'une fusillade contre les forces de sécurité afghanes.
 
Un siège ayant duré 12 heures suite à l'attaque survenue samedi soir contre l'hôtel luxieux de six étages s'est terminée dimanche. Quatre Afghans et 14 étrangers figuraient parmi les victimes, a affirmé le porte-parole Najib Danish, cité par la chaîne de télévision locale, Tolo News.
 
Kam Air, une compagnie aérienne locale, a déclaré que onze de ses personnels étrangers ont trouvé la mort lors de l'attaque contre l'hôtel, revendiquée par les talibans, ajoutant que ses plusieurs employés locaux faisaient également partie des victimes. Par ailleurs, douze personnes ont été blessées lors de l'attaque.