Présidentielle, fichier électoral: Fabre dépose plainte contre Zetes

Jean-Pierre Fabre, candidat à la présidentielle porte plainte contre Zetes, une société informatique basée à Bruxelles spécialisée en enrôlement biométrique.

Le président de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC), candidat unique du CAP 2015 à la prochaine élection présidentielle au Togo, et son parti ont déposé plainte à Bruxelles contre la société informatique belge spécialisée en enrôlement biométrique des électeurs, Zetes, pour faux et usage de faux en informatique.

tg jean pierre favre 24798Jean-Pierre Fabre

La plainte déposée "avec constitution de partie civile", est entre les mains d'une juge d'instruction à Bruxelles. Elle fait suite à l'analyse du fichier électoral ayant servi aux élections au Togo depuis 2007, et actuellement en cours de révision pour la prochaine élection présidentielle prévue pour le 15 Avril.

L'ANC  dit avoir commis des experts au sein de son parti pour l'analyse du fichier électoral. Et les résultats de cette analyse mettent en évidence de graves anomalies, selon le parti.

Dans cette affaire, Jean-Pierre Fabre s'est adjoint les services de Me William Bourdon, avocat au barreau de Paris, et Me Georges Henri Bauthier, avocat au barreau de Bruxelles.

« Après la demande pour un audit approfondi adressée le 7 mars 2015 à l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) par CAP2015, un regroupement de partis politiques qui soutient la candidature de Jean-Pierre Fabre, le combat de ce dernier pour la transparence des prochaines élections entre dans une nouvelle phase inédite », peut-on lire sur le site du parti.

Le fichier électoral reste la pomme de discorde entre la Commission électorale nationale indépendante, organe chargé d'organiser et de superviser l'élection présidentielle et les partis politiques.

Le premier parti à exiger l'audit du fichier électoral est le Parti des Togolais de Alberto Olympio. Sa demande n'ayant pas aboutie, Alberto Olympio, bien qu'investi par son parti comme candidat, avait refusé de déposer son dossier de candidature. Pour Alberto Olympio, sans l'audit du fichier électoral, aller à cette élection c'est accompagner Faure Gnassingbé simplement.

Pourcette présidentielle, cinq candidats dont quatre de l'opposition sont en lice pour la succession de Faure Gnassingbé, lui-même candidat.