Alberto Olympio quitte la présidence du Parti des Togolais

Alberto Olympio va quitter la présidence du Parti des Togolais. Il convoque un conseil national pour élire un intérimaire, suite à ses ennuis judiciaires.

Le Parti des Togolais, dirigé par Alberto Olympio entend tenir un conseil national pour statuer sur l'intérim de la présidence du parti en attendant son prochain congrès. La tenue du conseil fait suite à la condamnation d'Alberto Olympio par la justice togolaise à 60 mois de prison avec obligation de rembourser 5,9 milliards de francs CFA en plus de 1,3 milliard de dommages et intérêts. De plus le président du parti, M Olympio est sous le coup d'un mandat d'arrêt international.

tg alberto olympio 2 695baAlberto Olympio

Selon le délégué national aux affaires intérieures du Parti des Togolais, Gnimdewa Atakpama, le conseil national à venir est convoqué par M. Olympio lui-même bien qu'absent du pays.

"Je vais convoquer dans les tous prochains jours un conseil national qui statuera sur l'intérim de la présidence jusqu'au prochain congrès, » a écrit Alberto Olympio, dans un message au bureau politique du parti.

« J'aurais voulu être là, à vos côtés, en ce moment même pour échanger avec vous de la prochaine étape de notre lutte. Mais, les évènements en ont décidé autrement. »

Et de rassurer les militants et sympathisants en ces termes: "l'injustice à la togolaise à mon égard est plutôt une bonne nouvelle pour moi, et cela pour deux raisons : premièrement, ce n'est que quand nous sommes poussés dans nos limites, que nous avons l'opportunité de les dépasser ; deuxièmement, croyez-moi, ils ne dépenseraient pas autant d'énergie contre nous, si nous ne représentions rien. En clair, nous faisons du bon travail et ils savent que le germe du changement positif est en nous. "

Agenda

Dans l'impossibilité de rentrer au Togo pour prendre part au conseil national qu'il convoque, M Olympio a tenu à encourager ses militants de base à ne rien lâcher. Car, dit-il, « nous tenons le bon bout. J'en suis convaincu.»

Selon Gnimdewa Atakpama, le message du président sera lu lors du conseil national, sans préciser la date réelle de la rencontre.

Pour le président du Parti des Togolais, "cette condamnation ne sonne pas la fin du combat aux côtés du parti. Non. Ceux qui me côtoient savent que j'ai une détermination à toute épreuve".

L'opposant annonce une prochaine restructuration au niveau du Parti des Togolais pour permettre à cette formation de continuer à fonctionner et respecter son agenda.

"Quant à moi, je continuerai à travailler pour le Parti. Je mettrai tous les moyens à ma disposition au service de la lutte que nous avons débuté en 2014. Bien sûr, les moyens ne peuvent aller bien loin sans les hommes et les femmes sur le terrain, sans détermination, sans votre détermination, sans votre sérieux. Vous l'avez compris : Le pouvoir, c'est vous », dit-il aux militants.

Faux en écriture bancaire

Il en appelle à la détermination et au sérieux de ses militants et sympathisants, promettant des moyens multiformes à apporter pour la lutte finale. Il demande aux militants de rester focalisés sur les prochaines échéances électorales et d'être intransigeants sur la question de la transparence électorale.

Rappelons la procédure ayant abouti à sa condamnation a duré 18 mois. L'opposant togolais a été condamné mercredi dernier à 60 mois d'emprisonnement ferme et au remboursement de près de 6 milliards de francs CFA, à l'investisseur Cauris Management, qui avait investi dans la société Axxend, spécialisée dans les systèmes d'information qu'avait dirigée Alberto Olympio.

Après son entrée en politique en avril 2014, Alberto Olympio devait abandonner progressivement le management de son entreprise et rembourser dès juin 2014 une somme de 2 millions d'euros à Cauris. Après plusieurs relances et des échanges n'ayant pas abouti, Cauris et les autres actionnaires de la société Axxend démettent Alberto de ses fonctions de PDG en novembre 2014 et portent l'affaire en justice. Il est question de faux en écriture bancaire, de détournement de crédits et d'abus de biens sociaux. En clair, Axxend et ses partenaires ne retrouvent pas la trace des fonds alloués par Cauris.