Mali: le gouvernement en quête de financements pour les régions du nord

Le premier ministre malien est en tournée en Europe à la recherche de financements, estimés à 362 milliards. Ils permettront de développer les régions du nord.

Le chef du gouvernement malien, Abdoulaye Idrissa Maïga, a entamé, depuis quelques jours, une tournée qui doit le conduire à Paris et à Bruxelles. Il a présenté, le 11 octobre 2017, à Paris, au siège de l'Organisation de coopération pour le développement économique (Ocde), le plan des perspectives de développement des régions du nord. M. Maïga a sollicité des fonds pour le financement de ce plan dont le coût d'exécution est estimé à environ 362 milliards de CFA, soit 3, 34 milliards d'euros.

Abdoulaye Idrissa Maiga Premier ministre 1 80cc4

Abdoulaye Idrissa Maïga

Actuellement, « seulement 16,52 %, sont acquis sur la base de projets-programme bien identifiés, et le reste, soit plus de 84 %, sont à rechercher», a déclaré le premier ministre, devant l'Ocde.

Au lendemain de la signature de l'Accord pour la paix et la réconciliation nationale en 2015, le gouvernement du Mali a conçu un plan de développement des régions du nord. Appelé Stratégie spécifique de développement pour les régions du nord, ce plan vise à hisser les régions du nord, notamment Kidal, Tombouctou et Gao au même niveau de développement que les autres régions du pays en l'espace de 10 à 15 ans.

Lors de la conférence sur la relance économique et le développement au Mali à l'Ocde, en 2015, les partenaires s'étaient engagés à soutenir l'exécution de ce plan de développement au financement duquel le Mali doit contribuer à hauteur 13 %.

A Bruxelles, le chef du gouvernement malien a rencontré, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, qui souhaite que l'Union Européenne s'engage davantage au Mali. « Le Mali est un pays crucial pour renforcer la stabilité en Afrique, parce que la lutte contre le terrorisme est une priorité pour l'Europe, avec la lutte contre l'immigration illégale et aussi le problème du chômage des jeunes. Voilà pourquoi je dis qu'il faut avoir une stratégie européenne pour l'Afrique, » a encouragé Antonio Tajani.