Togo: colère après l'arrestation d'un imam proche de l'opposition

L'arrestation d'un imam à Sokodé provoque la colère chez les jeunes qui réagissent violemment. Des morts, des blessés et des dégâts matériels sont enregistrés.

La nuit de lundi à mardi mouvementée à Sokodé, environ 320 Km de Lomé, suite à l'arrestation musclée, devant ses enfants ,du grand imam de la ville par des gendarmes venus en nombre. Il s'agit de l'imam Djobo Mohamed Alassani. 

tg emeutes sokode 51416Siège du PNP à Sokodé

Pure hasard, avant de l'arrêter, une coupure du courant a plongé tout le Togo en noir pour quelques minutes.

Une arrestation qui a suscité la colère des jeunes de la ville qui, une fois informés, ont répliqué avec violence et de façon spontanée.

L'arrestation de l'imam est confirmée par un élu de la localité, proche de l'opposition, le député Ouro Akpo Tchagnao. Selon ce député, l'arrestation de l'imam a un lien direct avec la situation socio-politique dégradée ces derniers temps au Togo.

L'imam est un homme populaire. Il est également le conseiller de l'opposant Tikpi Atchadam, du Parti national panafricain, la bête noire du gouvernement depuis le 19 août dernier à la suite de la répression de ses militants qui manifestaient pour exiger le retour de la constitution de 1992 et le vote de la diaspora. 

Spontanément, des jeunes ont érigé des barricades partout dans la ville et le tam-tam des guerriers de Tchaoudjo a résonné. Ce qui a drainé les populations.
La tension est montée d'un cran, puisque, nous apprenons que, la gendarmerie de la ville a été incendiée, la poste centrale saccagée ainsi que le siège de Togo Télécom.  
Des banques de  la place saccagées. Deux véhicules appartenant aux forces de l'ordre sont calcinés. 

La maison du parti Union pour la République (Unir) est également incendiée.  Pour le moment, il est difficile de donner un bilan global. D'après les témoins sur place, les forces de l'ordre auraient tiré des gaz lacrymogènes contre les manifestants et aussi à balles réelles faisant des morts et de nmbreux blessés

Communiqué

Le ministre togolais de la sécurité, le Col Yark Damehane, sur les antennes de Victoire fm, une chaîne privée, a déroulé le mobile de l'arrestation de l'imam. Selon, il est reproché à l'imam dans sa prêche de vendredi dernier, son appel à la violence contre les militaires et leurs familles.

« (...) . La justice a demandé de l'interpeller, ce qui a été fait hier. Le parquet a exploité l'audio de son prêche et a demandé à la gendarmerie de l'interpeller. Et les gens se sont déchaînés sur les biens publics et privés», poursuit le ministre.

Il a qualifié d'insupportable les évènements de la nuit dans la ville de Sokodé, mais, dit-il, les éléments essaient de contrôler petit à petit la situation en libérant les voies barricadées. C'est dommage, a-t-il répété,appelant les uns et les autres au calme.

Dans un communiqué du gouvernement dont copie nous a été transmis au  lendemain de l'arrestation de l'imam,  le gouvernement affirme, qu'il est reproché à l'imam ses incitations et appels répétitifs à la violence, aux meurtres et à la sédition.