Madagascar : plainte contre un évadé français

La ministre malgache de la Justice, Elise Rasolo, a porté plainte pour diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris

La plainte vise l'évadé français Houcine Arfa ayant accusé la ministre d'avoir accepté un pot-de-vin. "Le conseil des ministres a pris acte de la plainte avec constitution de partie civile pour diffamation, déposée par Madame Elise Rasolo, ministre de la Justice, devant le tribunal correctionnel de Paris, contre l'individu Houcine Arfa", a indiqué le gouvernement dans un communiqué. "Le conseil des ministres approuve sans réserve cette procédure".
Ministre malgache e528d
Condamné à Madagascar à trois ans de prison, notamment pour usurpation de fonction et extorsion de fonds, le Français Houcine Arfa a profité d'une visite à l'hôpital à Antananarivo pour s'évader le 28 décembre 2017. Lors d'une cavale rocambolesque, il a ensuite quitté Madagascar en pirogue jusqu'à l'île française de Mayotte, située entre Madagascar et le Mozambique, avant de regagner la métropole. Une fois libre, Houcine Arfa a affirmé avoir pu s'évader en versant de l'argent à la ministre malgache de la Justice et à la procureure d'Antananarivo, en échange de l'allègement de ses conditions de sa détention qui a permis sa fuite.
 
En janvier, la ministre de la Justice a "catégoriquement" nié ces accusations, qualifiées de "sans fondement" par le porte-parole du gouvernement, Harry Laurent Rahajason, qui a traité Houcine Arfa de "petit minable". La procureure de la capitale, Odette Balsam Razafinoelisoa, s'est aussi défendue devant la presse.
 
Houcine Arfa, qui travaillait comme conseiller en sécurité du président malgache Hery Rajaonarimampianina depuis 2015, nie quant à lui les accusations qui lui ont valu sa condamnation. Il affirme avoir été informé, pendant son séjour malgache, de crimes et délits impliquant l'entourage présidentiel qui a, selon lui, tenté de le faire taire en le faisant emprisonner. Houcine Arfa a fait un appel de la décision du tribunal le condamnant à trois ans de prison. Le jugement doit être rendu le 13 avril.