Ebola : des villageois furieux attaquent une équipe de sensibilisation

En Guinée où Ebola a fait près de 600 morts depuis janvier, plusieurs habitants de certaines localités ne croient toujours pas en l’existence de l’épidémie mortelle.

Ironie du sort, des membres d'une équipe de sensibilisation sur le virus Ebola ont été attaqués mardi, à Nzérékoré, localité de Wômé, située au sud de la Guinée. Selon nos informations, cette équipe d'agents de sensibilisation était dirigée par le préfet et le gouverneur de la région.

sensibilisation ebola 3b29aUne campagne de sensibilisation - archives


Le bilan fait état d'au moins une dizaine de blessés dont le personnel sanitaire, selon un confrère d'une radio locale basée à plus de 800 km de la capitale guinéenne.

Joint au téléphone, le confrère Facély Konaté raconte que des jeunes du village se sont attaqués à la délégation au moment où cette dernière était en pleine séance de sensibilisation.

''Après le discours du préfet et du gouverneur, des jeunes gens ont spontanément surgi de la brousse avec des gourdins et des machettes. Ils ont commencé à attaquer les gens, et c'était la panique. Ils ont réussi à saccager six véhicules'', témoigne un rescapé.

Notre interlocuteur précise que le gouverneur, le préfet et une partie de la délégation se sont enfuis pour s'abriter à Gouécké, ville située à 15 km de Wômè.

Pour maintenir le calme, des éléments de la gendarmerie qui y ont été envoyés ont fait face à une situation de tension telle qu'il a fallu envoyer des renforts sur place. En plus des membres de la délégation, les journalistes qui étaient présents sur les lieux ont pris la poudre d'escampette pour rentrer en brousse.

A la mi-journée, plusieurs personnes dont des responsables locaux étaient supposées disparues car n'ayant donné aucune nouvelle. Il s'agit notamment du directeur préfectoral de la santé, du directeur général de l'hôpital régional, deux journalistes de la radio rurale, un de Libeté Zaly FM, des partenaires de l'OMS et de la Croix rouge.

Un habitant joint au téléphone mardi matin, par AfriqueActualité a affirmé que l'hôpital régional de Nzérékoré était toujours fermé.

Le premier bilan non confirmé par les autorités fait état de plusieurs véhicules endommagés mais aucune autorité n'a voulu répondre à nos questions.

Toutefois, afin de venir à bout du virus Ebola en Guinée, le président Alpha Condé a demandé aux gouverneurs et préfets de s'impliquer dans la sensibilisation.