Le Cameroun n’exporte plus le polio virus sauvage

Le ministre de la Santé publique a annoncé le reclassement du Cameroun, comme pays non exportateur du poliovirus sauvage. Il reste, cependant, un pays endémique.

Le Cameroun ne fait plus partie des pays exportateurs du polio virus sauvage. Un classement qu'il occupait depuis près d'un an aux côtés du Pakistan et de la Syrie. « La polio n'est pas éradiquée, mais nous ne sommes plus pays exportateur. Nous restons pays endémique au polio virus sauvage », déclare André Mama Fouda ministre de la Santé publique, lors d'une interview accordée à la presse.

cmr polio campagne 5022fAffiche d'une campagne de vaccination

Il faut rappeler que c'est l'apparition du virus en Guinée équatoriale voisine, due à une famille ayant séjourné dans le pays que le Cameroun s'est vu attribuer, en mai 2014, du peu flatteur statut d'exportateur par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La décision de l'OMS de reclasser le Cameroun de «pays non exportateur» à celui de «pays infecté» par la poliomyélite survient la suite de la 4e réunion internationale du Comité Polio tenue le 27 février dernier. Le Cameroun a gagné un meilleur statut dans son combat contre la poliomyélite. Ce changement résulte du constat de l'absence de nouveau cas de poliomyélite au Cameroun depuis plus de six mois. «C'est une reconnaissance formelle des progrès accomplis dans la lutte contre cette terrible maladie. Ce reclassement est aussi une interpellation à renforcer les activités de réponse afin de quitter définitivement la liste des pays à haut risque polio» souligne le ministre de la Santé.

Selon André Mama Fouda, en 2014 le gouvernement camerounais a engagé 10 journées nationales de vaccination avec à chaque fois environ 5.806.000 enfants vaccinés et 250.000 adultes des camps des réfugiés. Un résultat qui appelle à redoubler d'effort au regard de la propagation rapide de cette épidémie. «Ce statut reste fragile. D'où la recommandation de l'OMS du maintien des mesures de vaccination des voyageurs aux points d'entrée du pays et la nécessité de renforcer les mesures de lutte, particulièrement la surveillance épidémiologique, les activités transfrontalières et une bonne documentation de toutes les activités de réponse» a-t-il appuyé.

cmr polio 307dd

Ecueils

Bien que ce reclassement soit important, un grand nombre de populations reste encore réfractaire à la vaccination et ne facilite pas le travail des agents sur le terrain. Une attitude non seulement dangereuse pour les enfants, mais aussi pour le Cameroun qui reste fragile face à une nouvelle recrudescence de l'épidémie. «C'est à travers les enfants non vaccinés ou insuffisamment protégés que la poliomyélite pourrait resurgir,» souligne André Mama Fouda.

En l'absence de nouveau cas de poliomyélite les six prochains mois et du respect des mesures suscitées, le Cameroun sortirait de la catégorie des «pays infectés» par la poliomyélite pour s'acheminer vers l'éradication du fléau.

Les autorités camerounaises s'emploient à surmonter les écueils, afin de réaliser l'objectif fixé de «Cameroun indemne de polio en 201 ». En ce moment les équipes de vaccination continuent de faire du porte-à-porte pour bouter le poliovirus sauvage hors du Cameroun.