Les ARV se font rare en Tunisie

L’Association tunisienne de lutte contre le sida tire la sonnette d’alarme suite à la rupture de stock du Truvada, un des principaux antirétroviraux prescrit dans le traitement du VIH et de l’hépatite

L'Association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et le sida « l'ATL MST Sida » alerte sur les problèmes liés à la rupture de stock en Tunisie, depuis plus de quatre semaines, du Truvada, l'un des principaux antirétroviraux prescrits dans le traitement du VIH et de l'hépatite B (VHB).
 
Tunisie med Fotor f5f8f

Depuis la révolution tunisienne, soit plus de quatre ans, plusieurs médicaments manquent sur le marché tunisien. Pharmaciens et médecins constatent une hausse importante du nombre de ruptures d'approvisionnement, ce qui
conduit à des situations hautement problématiques.

Selon l'ATL MST sida, la rupture de stock a été constatée dans les centres de prise en charge des maladies infectieuses, y compris le sida, outre des perturbations au niveau du circuit de gestion et de distribution des antirétroviraux (ARV). Ce, à des fréquences répétitives.

Plusieurs professionnelles de la santé estiment qu'une telle rupture engendre plusieurs complications sanitaires. Elle perturbe l'observance au traitement, ce qui peut faire échouer une thérapie médicamenteuse.
 
Mauvaise gestion 
 
Les ruptures d'approvisionnement de médicaments explosent. Mohamed Bilel Mahjoubi, directeur exécutif de l'ATL MST Sida affirme à une radio locale que « l'association a reçu plusieurs réclamations de la part de personnes vivant avec le VIH qui dénoncent la rupture de stock du « Truvada », ... ainsi que du médicament Epivir sirop prescrit pour les enfants infectés par le VIH et ce, depuis un an ».

Mahjoubi ajoute que « ces médicaments sont remplacés par d'autres molécules dont le stock pourrait être, également, épuisé dans les prochaines semaines ». L'ALT MST sida et le GSS++ dénoncent la mauvaise gestion des stocks du Truvada et appellent à des solutions radicales à ce problème grave et récurent, « d'autant plus que ce genre de fait peut constituer un obstacle à la riposte contre le VIH en Tunisie » avertit Mahjoubi.« On a atteint une étape où la demande de la trithérapie à comprimé unique est devenue insistante ».
 
Un soutien continue
 
L'ALT MST sida, avec l'appui du Groupe de soutien GS++ (personnes vivant avec le VIH), soutient les personnes malades depuis une vingtaine d'années. C'est ce qui a conduit à la gratuité des médicaments, assurée par le ministère tunisien de la Santé publique. Elle est également soutenue par une forte implication des médecins spécialistes en infectiologie.