Nigéria : la fièvre de Lassa fait 43 morts

Il s'agit d'une infection virale transmise par contact direct avec de l'eau ou des aliments contaminés par l'urine, la salive ou le sang de rongeurs infectés

La fièvre de Lassa a tué 43 personnes dans 17 Etats du Nigeria sur les 193 cas qui ont été testés positifs ces deux derniers mois, selon les autorités sanitaires locales. Ce chiffre représente un taux de létalité de 23,9% des cas confirmés lors de la dernière épidémie dans tout le pays, selon le Centre de contrôle des maladies du Nigeria (NCDC).
 
A l'heure actuelle, les tests ne sont effectués que dans seulement trois laboratoires du pays le plus peuplé d'Afrique. Des installations sont mises en place pour aider à établir un taux d'identification élevé de cette fièvre hémorragique virale sévère, a précisé le NCDC. Le ministre de la Santé Isaac Adewole a déclaré que l'Institut de recherche médicale du Nigeria et d'autres instituts de recherche surveillaient désormais le développement de la fièvre de Lassa. Celle-ci "se produit seulement pendant la saison sèche, mais maintenant nous sommes aux prises avec une transmission de la fièvre de Lassa pendant toute l'année", s'est inquiété M. Adewole.
 
Présente dans toute l'Afrique de l'Ouest, la fièvre de Lassa est persistante au Nigeria depuis une trentaine d'années. Il s'agit d'une infection virale transmise par contact direct avec de l'eau ou des aliments contaminés par l'urine, la salive ou le sang de rongeurs infectés.