L'huile de coco, mythes et vertus

Considérée comme une graisse malsaine elle continue d'être une alliée de la beauté naturelle pour la peau, les cheveux et les dents

Les ventes de cette huile sont en hausse, propulsées par les commentaires de célébrités qui affirment qu'en boisson, l'huile de coco peut guérir de tout, de la mauvaise haleine aux troubles digestifs. Selon ses dires, l'actrice Angelina Jolie-Pitt en consommerait même une cuillerée à soupe avec son petit-déjeuner presque tous les matins. Néanmoins, les allégations relatives aux bienfaits autour de l'huile de coco sont traitées avec beaucoup de scepticisme par les scientifiques.
 
Coco Huile 437e7
 
En fait, cette huile est considérée dans la communauté scientifique comme une graisse malsaine. Elle est très riche en graisses saturées (86 %), davantage que le beurre (51 %) ou le saindoux (39 %). Les aliments riches en graisses provoquent généralement une augmentation des niveaux sanguins de LDL (lipoprotéines de basse densité). Le LDL est connu sous le nom de « mauvais cholestérol » parce que les niveaux élevés sont liés à un risque accru de maladie cardiaque.
 
D'autre part, les graisses saturées, qui sont particulièrement mauvaises pour la santé, ont également tendance à augmenter le HDL, « bon » cholestérol, ce qui a l'effet inverse. Il est possible qu'un aliment particulier augmente le taux de cholestérol global, tout en restant sensible au cœur. Le journaliste Michael Mosley a enquêté sur la question.
 
Voici ses résultats :
Les consommateurs de beurre ont vu leur niveau de LDL augmenter d'environ 10 %, ce qui correspond presque à une augmentation de 5 % de leurs niveaux de HDL.
 
Ceux qui consomment de l'huile d'olive ont vu une petite réduction, bien que non significative, du cholestérol LDL et une augmentation de 5 % des HDL.
 
 
L'huile d'olive a donc été à la hauteur de sa réputation.
 
Non seulement il n'y a pas eu de hausse des taux de LDL, mais il y a eu une augmentation particulièrement importante du HDL, le "bon" cholestérol, en hausse de 15 %.
 
À première vue, cela suggérerait que les personnes qui consomment de l'huile de noix de coco ont effectivement réduit leur risque de développer une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.