Après les attentats de Ouaga, Lomé renforce sa sécurité

Suite aux attentats terroristes à Ouaga, des mesures sont prises pour
sécuriser les grands hôtels de Lomé. Les autorités en appellent à la
vigilance.

Aux grands maux, les grands remèdes ! Depuis les attaques terroristes intervenues au Burkina Faso le 16 janvier 2016, Lomé prend des mesures pour plus de sécurité dans les hôtels. Devant les grands hôtels, on y voit des gendarmes déployés.
 
Togo Secu Fotor 7473aPhoto illustrative

Comme si cela ne suffisait pas, les hôtels ont sollicité les services des agents de sécurité privé. Leur rôle : fouiller tout individu avant d'accéder à l'hôtel. 

C'est le cas à l'hôtel Sarakawa où dès l'entrée principale, se trouvent trois gendarmes bien armés en plus de la sécurité privée. Là, commencent aussi les premières fouilles des voitures.

Le même dispositif est visible au niveau des autres hôtels. A Eda Oba, Ibis, Onomo etc, les mesures sécuritaires ne manquent pas.

Les autorités togolaises ont également pris d'autres mesures. Ainsi, des unités spéciales de la gendarmerie, des bérets noirs sont aussi visibles sillonnent la ville.

Sensibilisation

Des responsables de l'opposition, n'ont pas hésité à exhorter les populations à la vigilance et à dénoncer tout comportement d'individus suspects. Ils exhortent aussi le gouvernement, pour que plus de sensibilisation soit faite.

 Pour le secrétaire national du Parti Pacte socialiste pour le renouveau (PSR), prof Wolou Komi des mesures de sécurité doivent être prises afin de sécuriser le pays et rassurer les populations. 

"La valeur humaine est sacrée et rien ne peut justifier qu'on tue les innocents pour des raisons idéologiques. Tous les pays du monde sont exposés. Je crois que ça devrait attirer l'attention des autorités afin que des mesures idoines soient prises", disait-il sur les antennes d'une radio privée.

Le parti des Togolais d'Alberto Olympio, à travers son directeur de cabinet, Nathanaël Olympio réagissant sur les évènements de Ouagadougou, lance un appel à la synergie des efforts pour faire face au terrorisme.

La presse

Les journaux parus lundi sont largement revenus sur les attaques terroristes de Ouagadougou. L'hebdomadaire Courrier de la République, écrivait : " Ouagadougou proche et loin du Togo".

 Selon le journal, il y a une réelle menace, de plus en plus grandissante, sur la sécurité intérieure des Etats. C'est pourquoi, le journal fait savoir : "il y a de l'obligation de restructurer et de moderniser les services de renseignements".

"Les autorités compétentes des renseignements et de la sécurité dans notre pays doivent mettre les bouchées doubles en matière de formation, d'équipement et surtout de mobilité sur le terrain. Il faut occuper l'espace pour dissuader les tueurs impitoyables que sont des djihadistes de passer, en toute quiétude à l'acte.(...)," écrivait dans ses colonnes.

Le Combat du Peuple. 

Le journal exhorte le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, afin que, celui-ci mette en place des numéros verts, gratuits, accessibles et fonctionnels 24 h/24. "Nous devons-nous mobiliser dans une solidarité agissante de tout instant", poursuit-il. Le 16 janvier dernier, des terroristes attaquaient l'hôtel Splendid de Ouagadougou et le Restaurant Cappucino, faisant 29 morts. Des attentats revendiqués par AQMI.