Football : à la CAN 2008, la Guinée a mobilisé 35 marabouts

Pour vaincre l’adversaire, la Guinée a envoyé 35 marabouts lors de la coupe d’Afrique des Nations de football 2008 au Ghana.

35 marabouts au service de la sélection nationale de football, lors de la Coupe d'Afrique des Nations. L'information a été révélée, à Conakry, par le journaliste sportif guinéen, Amadou Diouldé Diallo. Devant un parterre d'hommes de médias, le consultant FIFA, a énuméré les difficultés auxquelles sont confrontées les équipes africaines de football, y compris la Guinée.

A Diouldà Diallo retouche2 8ab75Amadou Diouldé Diallo

Selon le président de l'Association nationale de la presse sportive de Guinée (ANPS-G), le problème du football guinéen est d'ordre ''moral, psychologique et matériel''. Le football est devenu une industrie. ''C'est une occasion pour ceux qui le pratiquent de se faire de l'argent,'' a confié Amadou Diallo.

Rappelant les conditions de la participation de la Guinée à la CAN 2008, M. Diallo dévoile que la Guinée avait mobilisé 35 marabouts pour participer cette compétition au Ghana.

''En 2008 au Ghana, la Guinée est partie avec 35 marabouts. Entre ceux qui ont les chapelets et les fétiches. Quand on est allé à Koumassi ou à Kaporadi, la Côte d'ivoire nous a battu 5-0'', s'est moqué M. Diallo. Ajoutant qu'après la défaite, ''les 35 marabouts ont disparu.''

Par ailleurs, le journaliste dénonce qu'au niveau de la fédération guinéenne de football et au ministère de la Jeunesse et des Sports, il y a des gens qui disent qu'ils connaissent des marabouts qui peuvent faire gagner le Syli national.

Remontant un peu en arrière, à la CAN 2004 en Tunisie, Amadou Diouldé rapporte qu'on est allé à Poropara (Nzérékoré) sud-est du pays, prendre une bouteille et disant que « si cette bouteille arrive en Tunisie, on rentre avec la coupe, » malheureusement elle s'est brisée à l'aéroport.

Le ministre de la Justice d'alors, Elhadj Salifou Sylla était président du comité national du soutien à l'équipe nationale. ''On l'a fait transporter de Conakry à Paris, Paris-Tunis, un bidon de 5 litres d'huile de palme pour dire que c'est ce que les fétiches utilisent. On est éliminé au premier tour'', a ironisé M. Diallo.