CAN 2015 : Polémique autour de l’arbitrage du match Tunisie-Guinée Equatoriale.

La Guinée Equatoriale a réussi, hier soir, à se qualifier pour les demi-finales de la 30ème édition de la CAN grâce à un arbitrage qui n’a pas fini de faire parler.

Amertume, injustice et dégout, tels sont les mots qui pouvaient se lire sur les visages des joueurs tunisiens battus hier par les Nzalang Nacional de la Guinée Equatoriale.
 
TUN VS GUIN Fotor 1b7cf

Le match était pourtant bien parti pour les protégés du coach Leekens. Les aigles de Carthage se sont montrés dangereux depuis le début de la rencontre ; manquant parfois de justesse sur certaines occasions. A la première période, ils ne parviendront pas à trouver les filets du gardien équato-guinéen, Felipe Ovono qui se montre très professionnel sur certaines occasions parfois très dangereuses.

Mais après la première mi-temps et de retour des vestiaires, Ovono ne pourra rien face aux performances de l'attaquant tunisien, Akaichi venu couper au premier poteau le centre de Hamza Mathlouti pour inscrire son troisième but de la compétition à la 70eme minute. 1-0 pour la Tunisie contre le pays höte.

La Tunisie allait asseoir son ascendant jusqu'à l'ultime minute du temps réglementaire. Chermiti rate même l'opportunité de prendre l'avantage une deuxième fois, jusqu'à ce que l'arbitre mauricien ne change le sort de la rencontre, accordant un penalty aux Guinéens. Un penalty qui fera parler de lui, tant la faute paraît imaginaire. Javier Balboa ne pouvait refuser un tel cadeau et transforme le penalty (90'+1) en un but. 1 but partout jusqu'au coup de sifflet final.

Assommés par ce qu'ils appellent une injustice, les Aigles de Carthage perdent le contrôle du match, et concèdent un coup-franc également polémique. Balboa l'expédie dans la lucarne d'Aymen Mathlouthi. Le stade de Bata s'enflamme grâce à ce coup-franc magistral (102e)! Balbao signe ainsi un doublé qui permet à la Guinée Equatoriale d'atteindre les demies finales de sa CAN 2015.

Et pour finir en beauté, l'arbitre mauricien Seechurn, siffle la fin du match alors qu'il restait encore quelques secondes à jouer, et ce, malgré le gain de temps évident du gardien de la Guinée équatoriale. L'homme en noir quittera le stade sous escorte policière.

Réactions

En conférence de presse, le sélectionneur des aigles de Carthage, Georges Leekens n'en revenait pas, il est revenu sur l'arbitrage de la partie, largement favorable à la Guinée Equatoriale avec comme point d'orgue un penalty offert au pays hôte à la dernière minute du temps règlementaire. "Je suis entraîneur depuis 30 ans, j'ai eu beaucoup d'expériences, j'ai travaillé à l'étranger, mais ça, on ne peut pas l'accepter.", a affirmé Leekens, "Le coup franc, d'accord, il était parfait, mais le penalty est inacceptable. Tout le monde a rigolé, je n'en croyais pas mes yeux. Ce n'est pas beau pour le foot." A encore ajouté le sélectionneur des tunisiens.

De son coté le défenseur tunisien Bilel Mohsni a fini par avouer «Si les arbitres continuent comme ça, je pense que la Guinée équatoriale va gagner la coupe. Même les meilleurs joueurs africains ne battront jamais un arbitre comme celui-là» !
La Guinée Equatoriale accède ainsi à la première demi-finale de la CAN de son histoire. Elle qui a volé au secours de la CAF en reprenant l'organisation de la CAN le 14 novembre dernier, avait été éliminée au tour préliminaire pour avoir aligné un joueur non qualifié mais a pu participer à la compétition en sa nouvelle qualité de pays-hôte.