CAN 2015 : La FTF refuse de s’excuser

La Tunisie ne s’excusera pas auprès de la CAF, malgré les menaces de l’instance africaine. Elle a décidé de porter le dossier à la commission d’appel de la CAF.

La Fédération Tunisienne de football (FTF) décide de ne présenter aucune excuse à la Confédération africaine de football (CAF), suite aux incidents ayant émaillé le match qui avait opposé, samedi dernier, la Tunisie à la Guinée Equatoriale, en quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN).
 
Tunisie Equipe Fotor 366a7
Selon Hichem Ben Omrane, membre fédéral, la FTF a décidé, lors d'une réunion mercredi, qu'aucune excuse ne sera faite à la CAF ajoutant qu'il a été également convenu de porter le dossier à la commission d'appel de l'instance continentale, suite aux sanctions infligées à l'encontre de la sélection nationale.

La commission des arbitres de la CAF lui a infligé une série de sanctions dont le paiement d'une amende de 50 000 dollars et l'obligation de présenter des excuses sur ses accusations de partialité contre l'arbitre de la rencontre. La Tunisie doit également payer le coût de réparation des dégâts causés par la partie tunisienne au stade de Bata.

"Notre dossier d'appel comporte un compte rendu précis et détaillé sur les pratiques de la commission de désignations des arbitres de la CAF, avec tous les avis des experts neutres locaux et étrangers, sur les scandaleuses injustices arbitrales envers la sélection nationale, non seulement lors du match face à la Guinée Equatoriale, mais aussi depuis le début de la compétition, à commencer par notre rencontre face au Cap-Vert jusqu'au denier match de la RD Congo" a ajouté le membre fédéral.

Hichem Ben Omrane a toutefois tenu à souligner que la FTF acceptera toute initiative d'organisation d'une réunion avec les membres de la CAF pour expliquer la position tunisienne dans cette affaire. Hichem Ben Omrane a ajouté qu'une correspondance de la CAF a appelé les représentants de la FTF à comparaitre devant la commission de discipline de l'instance africaine en Guinée Équatoriale le 3 février, alors que le voyage nécessite au moins deux jours. Il a indiqué également que la correspondance parle d'un envahissement du terrain par les joueurs alors que les hommes de Georges Leekens, y compris les remplaçants étaient déjà sur la pelouse. Il a ajouté que les joueurs n'ont pas vandalisé les équipements du stade et que la FTF est disposée à rembourser le prix du réfrigérateur que les joueurs ont cassé dans les vestiaires.

La CAF avait publié un communiqué, à l'issue de la réunion du Jury disciplinaire tenue mardi soir à Bata (Guinée Equatoriale), dans lequel elle demande à la Fédération Tunisienne de football de lui envoyer, d'ici le 5 février, « une lettre d'excuses, sur fond des insinuations de partialité et de manque d'éthique à l'encontre de la CAF et de ses officiels, ou à défaut, de présenter des preuves irréfutables et tangibles pour étayer les propos injurieux de la FTF ».

Au cas où la Tunisie n'adresserait pas cette lettre d'excuses ou les preuves requises à temps, le jury disciplinaire suggérera au Comité Exécutif de la CAF de prendre des sanctions additionnelles, dont la possibilité de priver l'équipe nationale Tunisienne de participer à la prochaine édition de la Coupe d'Afrique des Nations CAN 2017, avertit la CAF dans ce même communiqué.

L'Instance continentale a, aussi, demandé à la Tunisie de couvrir les dégâts causés par la partie tunisienne au stade de Bata.

Sur un autre plan, la Commission des arbitres de la CAF a décidé de mettre fin à la mission de l'arbitre Seechurn pour la CAN 2015, de le suspendre pour une durée de six mois pour mauvaise performance et de le retirer de la liste d'élite A des arbitres de la CAF.