Coupe du monde de football féminin : Le Cameroun bat l'Equateur

Pour sa première participation à une phase finale de Coupe du monde, l’équipe camerounaise de football féminin s’est offerte une large victoire (6 – 0) face à l’Équateur.

Elles sont les nouvelles héroïnes de la nation. Pourtant, il y a quelques jours à peine, ces lionnes ne donnaient pas matière à espérer. Négligées, presque abandonnées à leur sort, les « filles » ont tenu leur pari : « taire les mauvaises langues ». La fédération camerounaise de football qui avait même décidé de « ne pas discuter des primes avec les filles », se voit désormais obligée de changer de regard. Les médias nationaux qui ont rechigné à couvrir l'événement jouent les récupérateurs.
 
Camer Lionnes Fotor 9bb42
 
Pour dire combien elles n'étaient pas attendues ce 8 juin 2015, quelques courageux seulement sont restés debout pour suivre le match programmé à 00 heures, heure locale, et relayé à peine par quelques médias.

Mais le réveil s'est fait tambours battant. Depuis deux jours, les médias titrent sur le carton des « filles ». Comme les hommes le 8 juin 1990, les filles ont fait une entrée remarquable et remarquée. 6 buts à 0, ni plus, ni moins contre l'Équateur.

Une victoire qui fait se délier les langues. On parle désormais de primes : 15 millions de FCFA dit-on pour chacune. Si pour le public c'est le temps de la célébration, les filles elles, refusent de se laisser démonter. Elles n'oublient pas que « Rien n'est gagné » ; car le prochain adversaire est de taille. Il s'agit de l'équipe nationale du Japon, championne en titre.

La prestation

Pour leur premier match à ce mondial, les lionnes ont joué leur carton. Elles sont au Canada pour « réussir un coup », peuvent-elles affirmer. Concentrées et appliquées tactiquement, les Camerounaises ont pris tout de suite de cours leur adversaire. « Les filles » se sont très vite mises en confiance. C'est à la 34ème minute que le festival a commencé. Au moment des comptes, l'addition est salée pour le Tri de l'Équateur. 1, 2, 3, 4, 5 et puis 6 buts. Les lionnes sont au sommet de leur art, elles jubilent, rien ne peut les arrêter. « Marquer six buts pour notre premier match on peut difficilement faire mieux », reconnait le Coach Enow NGACHU, précisant, toute fois, que tout n'a pas été parfait, avec notamment beaucoup de déchets dans le jeu et des soucis de relance. Et de poursuivre, « on peut saluer l'équipe du qui a su rester concentrer jusqu'au bout ».

La jubilation

« Nous sommes heureuse car aujourd'hui, nous avons écrit la page de l'histoire » se réjouit Gaëlle Enganamouit, auteur d'un triplé historique. Comme elle, ses camarades n'en croient toujours pas leur bonne fortune. « Nous avons rêvé d'une victoire, surtout en ce jour anniversaire des 25 ans de la victoire des lions indomptables sur l'Argentine en Italie en 1990. Nous sommes heureuse de savoir que cette victoire rentre dans l'histoire » se félicite Christine Mani, la capitaine des lionnes qui cherche encore ses mots pour exprimer toute sa joie.
 
Camer Lionnes-610x400 Fotor eced1
C'est avec faste et une certaine modestie, qu'elles célèbrent cette victoire dans les vestiaires. Au Cameroun, c'est la liesse populaire dans les rues. Les drapeaux flottent à nouveau sur les devantures des maisons, l'espoir renaît. « Notre dernière victoire à une phase finale d'un mondial remonte en 2002 contre l'Arabie Saoudite au mondial Corée-Japon. Nous avons longtemps attendu ce moment », jubilent les supporters qui assimilent désormais les « filles » aux hommes.

Malgré ce débordement d'allégresse, le coach reste lucide : « nous avons certes écrit une page de l'histoire, mais nous restons conscients que le plus dur reste à venir. Contre les japonaises championnes du monde, nous allons devoir faire preuve de beaucoup de sérieux. De toutes les façons, nous sommes là pour apprendre et pour faire honneur à l'Afrique » Affirme-t-il, sans complexe.

En attendant leur second match prévu ce samedi 13 juin, rien ne peut déteindre cette magie qui opère désormais entre les joueuses et leur public.