Cameroun: fin de la polémique sur les primes des Lionnes

les lionnes indomptables de retour de la Coupe du monde canadienne obtiennent gain de cause en percevant chacune 21 millions de F CFA de primes.

C'est finalement vendredi que les filles du coach Enow Ngatchu sont passées à la caisse. Un message fax adressé au ministre des Finances venait mettre fin à des débats houleux de plusieurs jours avec le gouvernement. Une situation qui a fortement secoué l'opinion publique indigné par l'attitude du gouvernement camerounais. 

cmr hs lionnes primes 16755Les Lionnes indomptables

C'est un communiqué du premier ministre qui a mis fin à la controverse. Les Lionnes ont perçu chacune 21 millions de FCFA de prime au lieu des 17,6 millions qui leur étaient proposés après coupe de l'impôt sur le revenu. La Fédération camerounaise de football, FECAFOOT, endosse le payement du fameux impôt du ministère des Finances.

Le malaise

Après leur retour du Canada, le mardi 23 juin, les Lionnes avaient refusé de quitter leurs chambres dans un hôtel situé sur les hauteurs de Yaoundé, pour protester contre le non-paiement de leurs primes de compétition. Jusqu'à jeudi en milieu d'après-midi, elles insistaient pour que les enveloppes promises, soient de 21 millions FCFA pour chacune des 23 athlètes, leurs soient entièrement versées.

De plus, les «Lionnes indomptables» exigeaient la prise en compte de la prime de qualification du premier tour, non prévue au début de la compétition et qu'elles estimaient légitime au vu de ce qui a toujours été pratiqué pour la sélection masculine.

Du côté de la Fédération nationale (FECAFOOT), les officiels, dont certains se sont exprimés sous le sceau de l'anonymat, proposaient un montant de 17,6 millions FCFA pour chacune après déduction d'impôts, toute chose qui n'a, selon les protestataires, jamais été pratiquée vis-à-vis des messieurs. Elles, qui n'avaient eues droit jusque là qu'à la prime de présence, soit 500.000 FCFA payés alors qu'elles se trouvaient déjà en terre canadienne.

Au ministère des Sports, les services compétents interrogés avaient précisé que la gestion des équipes nationales était désormais du ressort de l'instance fédérale depuis la fin de l'année dernière suite à un décret du chef de l'Etat.

Peu avant le Mondial, la Fédération avait pourtant, dans un communiqué, indiqué que chacune des joueuses de la sélection, recevrait une prime de participation d'un montant de 15 millions FCFA, s'agissant des primes de compétitivité, elles devaient aller crescendo du premier tour jusqu'à la finale. On rappelle qu'en 4 matches, les Camerounaises l'avaient emporté d'entrée face à l'Equateur (6-0), puis devant la Suisse (2-1) et échoué face au Japon (1-2) et à la Chine (0-1).

Discrimination

Informé du bras de fer entre les filles et les cadres du ministère des Finances, Paul Biya a ordonné le paiement des primes aux Lionnes indomptables sans prélèvement des taxes. Une décision qui exécuté avec colère par quelques cadres du gouvernement. « La loi n'est pas rétroactive, elles ont joué en 2015. Il s'agit d'un pourcentage de 16% qu'assujetti le trésor public à tots décaissement, selon la nouvelle loi de finance adoptée en novembre 2014 à l'Assemblée Nationale. ... » affirmait un cadre financier du ministère des Sports. Un argument réfuté par les filles qui estiment que cette loi n'avait pas été appliquée à l'équipe nationale masculine en janvier dernier lors de la CAN 2015. « Il s'agit simplement de discrimination et de mauvaise foi » a réagit la capitaine de la sélection nationale de football féminin.

On comprend cependant l'indignation de l'administration camerounaise qui ne peut rien face aux injonctions du président de la République. Au grand dam du comité de normalisation de la FECAFOOT et du ministère des Sports qui étaient arcboutés sur le respect de la loi. On le comprend d'autant plus que, l'Etat n'étant jamais perdant, c'est la FECAFOOT, qui est chargé de reversé les 16% de taxe sur la prime au Trésor public.

cmr lionnes primes 2 1 d30c9